L’engagement de la Suisse dans le monde

La coopération internationale de la Suisse est fondée sur les idéaux d’un monde en paix, sans pauvreté, poursuivant un développement durable. Pour la période 2021-2024, la Suisse investira 11,25 milliards de francs dans la coopération internationale.

La coopération internationale de la Suisse s’emploie à atténuer la pauvreté, la détresse et les risques planétaires, et favorise la paix. Pour la période de 2021 à 2024, le Conseil fédéral a défini quatre objectifs d’égale importance dans la stratégie de coopération internationale de la Suisse.

  1. Développement économique
    Contribuer à une croissance économique durable, à l’ouverture de nouveaux marchés et à la création d’emplois décents.
  2. Changement climatique et environnement
    Lutter contre les changements climatiques et leurs effets et gérer durablement les ressources naturelles.
  3. Développement humain
    Sauver des vies, fournir des services de base de qualité – notamment dans les domaines de l’éducation et de la santé – et aider à prévenir les causes des déplacements forcés et de la migration irrégulière.
  4. Paix et gouvernance
    Promouvoir la paix, l’état de droit et l’égalité entre femmes et hommes.

Avec ces objectifs, la Suisse défend également ses intérêts à plus long terme, à savoir la mise en place d’un ordre international juste et pacifique et d’un cadre économique stable et propice aux investissements, la réduction des causes des déplacements forcés et de la migration irrégulière et un développement durable au niveau mondial.

Développement économique

La coopération économique au développement assurée par la Suisse a pour but d’encourager la croissance économique et une prospérité durable. À cet égard, la création d’emplois décents est essentielle. Dans le cadre de la mise en œuvre de la coopération au développement, la Suisse s’inspire de son système de formation professionnelle duale pour promouvoir les compétences recherchées sur les marchés du travail des pays en développement.

En outre, la coopération internationale de la Suisse oriente ses activités sur la création de conditions-cadres fiables en matière de politique économique et sur la coopération avec le secteur privé. Elle aide ainsi les pays partenaires à s’intégrer dans l’économie mondiale en tenant compte des possibilités qu’offrent le progrès technologique et la numérisation. 

Changement climatique et environnement

Les changements climatiques ont des conséquences pour des millions de personnes. En provoquant notamment de graves catastrophes naturelles, l’élévation du niveau des mers ou des sécheresses extrêmes, les changements climatiques peuvent exacerber la pauvreté extrême et les famines.

La coopération internationale de la Suisse consacre quelque 400 millions de francs par an à ce domaine, ce qui représente environ 15% de son budget total et 100 millions de francs de plus que durant la période précédente (2017-2020). La Suisse renforce ainsi son engagement pour lutter contre les changements climatiques et atténuer leurs conséquences dans les pays en développement.

Développement humain

La Suisse s’emploie à sauver des vies, à fournir des services de base de qualité – notamment dans les domaines de l’éducation et de la santé – et à aider à prévenir les causes des déplacements forcés et de la migration irrégulière. Plus de 70 millions de personnes dans le monde sont contraintes de fuir des conflits armés et des persécutions; 85% d’entre elles vivent dans des pays en développement. La Suisse cherche à réduire les déplacements forcés et la migration irrégulière, ainsi qu’à mieux protéger les réfugiés et les migrants dans les pays d’origine comme de transit.  La coopération internationale se focalise sur les causes profondes de la migration irrégulière, comme la pauvreté, les conflits armés, la mauvaise gestion des affaires publiques ou les conséquences des changements climatiques. La Suisse peut ainsi offrir, à long terme, des perspectives sur place.

Paix et gouvernance

La coopération internationale de la Suisse promeut la paix, l’état de droit et l’égalité entre les femmes et les hommes. Le respect des droits de l’homme, l’inclusion des femmes et des personnes défavorisées et le bon fonctionnement de l’état de droit sont des conditions essentielles pour parvenir à un développement durable. La Suisse veille également à la prise de responsabilité par les gouvernements partenaires afin de les aider à s’attaquer à la corruption, au clientélisme et à la mauvaise gestion. Elle renforce les organisations de la société civile dans les pays en développement afin que celles-ci puissent obliger les pouvoirs publics à rendre des comptes et mieux contrôler les activités de ces derniers.

La coopération internationale encourage en outre le dialogue entre les parties au conflit dans les processus de paix. La Suisse œuvre toujours à une paix durable qui soit satisfaisante pour tous les acteurs concernés. Son expertise dans les domaines de la médiation, du fédéralisme ou du traitement du passé, entre autres, est très sollicitée à l’échelle internationale.

Quatre régions prioritaires

Afin que l’action de la Suisse en matière de coopération internationale reste efficace, les ressources du DFAE pour la coopération bilatérale au développement seront réaffectées d’ici à 2024 en faveur de quatre régions prioritaires, à savoir l’Europe de l’Est, l’Afrique du Nord et le Moyen-Orient, l’Afrique subsaharienne et l’Asie (Asie centrale, du Sud et du Sud-Est). Actuellement, les besoins des populations locales, les intérêts à long terme de la Suisse et la valeur ajoutée de la coopération internationale suisse coïncident dans ces quatre régions. La focalisation géographique permet de renforcer l’efficacité de la coopération internationale tout en assurant la flexibilité nécessaire pour tirer parti des opportunités qui se présentent en dehors des pays prioritaires.

Mise en œuvre de la coopération internationale

Trois services fédéraux sont chargés de mettre en œuvre la coopération internationale: la Direction du développement et de la coopération (DDC) et la Division Sécurité humaine (DSH) au sein du DFAE ainsi que le Secrétariat d’État à l’économie (SECO). La DDC est responsable de la coordination de la coopération au développement et de l’aide humanitaire. La DSH œuvre en faveur de la paix, des droits de l’homme et de la protection des personnes. Enfin, le SECO se concentre sur le développement d’une politique économique et commerciale durable. La DDC, la DHS et le SECO se complètent et mettent à profit les synergies existantes.

L’Agenda 2030, un cadre de référence pour la coopération internationale de la Suisse

En 2015, l’Agenda 2030 pour le développement durable a été adopté à l’unanimité par la communauté internationale. Ses 17 objectifs de développement durable et sa promesse de ne laisser personne de côté constituent un cadre commun qui englobe les aspects économiques, sociaux et environnementaux et qui s’adresse aussi bien aux pays en développement qu’aux pays industrialisés. L’Agenda 2030 donne une orientation à la coopération internationale de la Suisse. Celle-ci soutient les pays en développement dans la réalisation de l’Agenda 2030.

En Suisse, la stratégie pour le développement durable constitue l’instrument de mise en œuvre de l’Agenda 2030 au niveau national. Cette stratégie se concentre sur les trois thèmes prioritaires «consommation et production», «énergie, climat et biodiversité» et «égalité des chances».

Documents

Brochure «Stratégie de coopération internationale 2021-2024» (PDF, 2.6 MB, Francese)

Message sur la stratégie de coopération internationale 2021-2024 (PDF, 2.2 MB, Francese)

Flyer: Stratégie de coopération internationale 2021-2024 (PDF, 3.5 MB, Francese)

Rapport sur les résultats de la consultation concernant la coopération internationale de la Suisse 2021-2024 (PDF, 1.0 MB, Francese)

La coopération internationale de la Suisse en action: rapport final sur la mise en œuvre du message 2017-2020 (PDF, 16.2 MB, Francese)

Rapport explicatif sur la coopération internationale 2021-2024 (PDF, 2.5 MB, Francese)