La stratégie de coopération internationale 2021-2024: plus ciblée et plus efficace

Deux enfants avec une cruche d'eau marchent dans le lit d'une rivière asséchée.
La lutte contre les changements climatiques est l’un des accents prioritaires de la coopération internationale pour la période 2021-2024. © A. Ishokon

La coopération au développement de la Suisse sera davantage ciblée pour gagner en efficacité. C’est ce que prévoit la nouvelle stratégie de coopération internationale de la Suisse que le Conseil fédéral a adoptée le 19 février 2020. Afin de la mettre en œuvre, il demande au Parlement 11,25 milliards CHF.

Conférence de presse 19.02.2020

  • Ignazio Cassis, conseiller fédéral
  • Marie-Gabrielle Ineichen-Fleisch, secrétaire d’État, directrice du Secrétariat d'Etat à l’économie
  • Thomas Gass, vice-directeur de la Direction du développement et de la coopération (DDC)

Quatre priorités thématiques

Conformément à la Constitution fédérale et à la législation, le Conseil fédéral et le Parlement définissent tous les quatre ans l’orientation stratégique de la coopération internationale (CI) qui permet à la Suisse de soulager les populations dans le besoin et de lutter contre la pauvreté ainsi que de promouvoir le développement durable. Pour la période de 2021 à 2024, les principaux accents sont les suivants:

  • la création d’emplois décents;

  • la lutte contre les changements climatiques;

  • la réduction des causes de la migration irrégulière et du déplacement forcé;

  • la promotion de l’état de droit.


Le Conseil fédéral souhaite améliorer l’efficacité de la coopération internationale par ces quatre accents thématiques, une focalisation géographique, l’innovation et l’utilisation des technologies numériques. Par ailleurs, la nouvelle orientation doit permettre de réagir avec une plus grande souplesse aux crises et aux opportunités.

Cadre financier

Selon la planification financière actuelle, un montant total de 11,25 milliards CHF est prévu pour la période 2021-2024 (contre 11,11 milliards CHF pour la période 2017-2020). Ce montant est légèrement inférieur au montant indiqué lors de la procédure de consultation (11,37 milliards CHF) en raison d’une correction du renchérissement. Jusqu’à concurrence de ce montant, la Suisse peut, au cours de cette période, contracter des engagements. Le Parlement précisera les moyens financiers correspondants dans le cadre des débats annuels sur le budget. Selon les prévisions les plus récentes, la part consacrée par la Suisse à l’aide publique au développement (APD) atteindra ainsi 0,46% de son revenu national brut. Ce taux est légèrement supérieur au taux indiqué lors de la procédure de consultation (0,45%) en raison des derniers pronostics du RNB. Ce niveau est inférieur à l’objectif de 0,5% fixé par le Parlement en 2011 et réaffirmé à plusieurs reprises depuis lors.

Le Parlement discutera de la stratégie de coopération internationale 2021-2024 lors des sessions d’été et d’automne 2020.

Foire aux questions

Liens

Documents