La Suisse entend renforcer ses activités de médiation

Berne, Communiqué de presse, 12.11.2015

La Suisse veut s’engager plus activement sur le terrain de la médiation. Le conseiller fédéral Didier Burkhalter a souligné cette volonté lors de la Conférence annuelle de la Division Sécurité humaine (DSH) du Département fédéral des affaires étrangères (DFAE) à Berne. La Suisse peut s’appuyer à cet égard sur sa longue tradition en tant que médiatrice.

©

Les bons offices de la Suisse, et en particulier la médiation, sont les pierres angulaires de la politique suisse en matière de paix, a déclaré le chef du DFAE dans son discours. Selon lui, la Suisse peut contribuer durablement à la consolidation de la paix et de la sécurité dans le monde grâce à la médiation. Cette approche lui tient donc particulièrement à cœur.

La médiation constitue souvent un moyen pour sortir des guerres et des conflits. Elle redonne espoir aux populations qui sont en proie à la détresse et à la souffrance, que ce soit au Moyen-Orient, au Soudan du Sud ou en Ukraine. Elle permet à la Suisse de contribuer à la coexistence pacifique des peuples, conformément à son mandat constitutionnel. Dans le cadre de ses bons offices, la Suisse jouit d’une longue tradition en tant que médiatrice dans pareilles situations. L’ambassadrice Heidi Grau, cheffe de la DSH, a insisté sur l’importance et la nécessité de la médiation. Celle-ci, affirme-t-elle, peut contribuer efficacement à résoudre les conflits à travers le monde. La Suisse présente toutes les qualités requises pour assumer cette tâche.

Adapter la médiation aux nouvelles situations

Face à l’évolution de la nature et de l’origine des conflits, la Suisse doit adapter ses bons offices et professionnaliser ses services de médiation. De nos jours, des groupes extrémistes opèrent au niveau international, les guerres se déroulent par-delà les frontières et des conflits éclatent pour des questions de répartition des ressources en eau. Les approches et les propositions de solution doivent donc elles aussi évoluer. S’il s’est réjoui de l’engagement diversifié de la Suisse en matière de médiation, le conseiller fédéral Didier Burkhalter a aussi insisté sur la nécessité  de développer et de mieux exploiter cet atout. A l’avenir, la Suisse devrait mener plus souvent ses propres opérations de médiation en mettant, par exemple, à la disposition de l’ONU ou de l’Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE) ses propres médiatrices et médiateurs de haut rang. A cet effet, il conviendra de renforcer la formation en médiation. Le DFAE entend promouvoir la relève dans ce domaine à l’aide de filières spécialisées, mais aussi multiplier les collaborations avec des partenaires, des organisations et d’autres Etats.

A chaque conflit sa médiation

Lors de la Conférence annuelle de la DSH, des diplomates de haut rang et des experts ont présenté leurs expériences en tant que médiateurs. Staffan de Mistura, envoyé spécial des Nations Unies pour la Syrie, a exposé la perspective de l’ONU par message vidéo. David Harland, directeur du Centre pour le dialogue humanitaire, organisation de médiation basée à Genève, a expliqué la médiation du point de vue d’une organisation non gouvernementale. Alexander Hug, premier responsable adjoint de la Mission spéciale d’observation de l’OSCE en Ukraine, a fait état de ses expériences. L’ambassadrice Christine Schraner Burgener et l’ambassadeur Günther Bächler ont évoqué leur travail de médiation en Thaïlande, au Népal et en Géorgie. Pour finir, Fortune Charumbira, chef coutumier et sénateur du Zimbabwe, a expliqué comment associer méthodes traditionnelles de règlement de conflits et approches de médiation modernes.

L’activité de médiation de la Suisse a enregistré de nombreux succès à ce jour. Citons, entre autres, les Accords d’Evian, qui ont mis fin à la guerre civile en Algérie et ouvert la voie à l’indépendance du pays ou, plus récemment, les négociations de cessez-le-feu dans le conflit qui faisait rage dans les monts Nuba au Soudan du Sud (2002), la médiation entre la Turquie et l’Arménie (2009) et celle entre la Géorgie et la Russie (2010-2011) ou encore l’engagement de la Suisse en Ukraine dans le cadre de l’OSCE.


Informations complémentaires

Les bons offices de la Suisse
Conférence annuelle 2015
Allocution du Conseiller fédéral Didier Burkhalter (fr/de)


Contact

Information DFAE
Palais fédéral ouest
CH-3003 Berne
Tél.: +41 58 462 31 53
Fax: +41 58 464 90 47
E-Mail: info@eda.admin.ch


Editeur:

Département fédéral des affaires étrangères