Début de la page

Le cinquième président tessinois de la Confédération

Le huitième conseiller fédéral tessinois devient le cinquième président tessinois de la Confédération. Ignazio Cassis a été élu président de la Confédération par le Parlement. Il sera, en 2022, «primus inter pares» au sein du Conseil fédéral. Il marche ainsi dans les traces de grandes personnalités. Le premier président tessinois de la Confédération, Giuseppe Motta, a occupé pas moins de cinq fois cette fonction essentiellement représentative.

Flavio Cotti et Ignazio Cassis lors de la fête organisée à l’occasion de l’élection de ce dernier au Conseil fédéral.
Rencontre entre les quatrième et futur présidents de la Confédération tessinois lors de la fête organisée à Bellinzona en l’honneur du conseiller fédéral Ignazio Cassis en 2017. (© Keystone)

Ignazio Cassis est le cinquième Tessinois à exercer la fonction de président de la Confédération, mais le huitième à devenir conseiller fédéral. Le premier Tessinois à siéger au Conseil fédéral a été Stefano Franscini, qui a occupé cette fonction de 1848 jusqu’à sa mort en 1857. Il a rendu de grands services à la Confédération, alors impécunieuse, et était passionné par la collecte de données. Il a organisé le premier recensement de la population suisse et a collaboré à d’importants projets législatifs. Il n’est jamais devenu président de la Confédération, l’Assemblée fédérale réunie n’ayant jamais élu ce travailleur de l’ombre qui souffrait d’une baisse d’audition.

À l’époque, le principe de rotation n’ayant pas encore été instauré, cette fonction revenait en particulier à des conseillers fédéraux influents élus à la charge suprême par l’Assemblée fédérale. Pour cette même raison, son successeur, Giovanni Battista Pioda, n’est également jamais devenu président de la Confédération. Il a succédé à Stefano Franscini en 1857 et est resté au Conseil fédéral jusqu’en 1864.

Chronologie des conseillers fédéraux tessinois.
Huit Tessinois ont siégé jusqu’ici au Conseil fédéral, mais seuls cinq d’entre eux ont accédé à la présidence de la Confédération. (© DFAE)

Un conseiller fédéral à la carrière record comme premier président tessinois de la Confédération

Giuseppe Motta a été le premier président tessinois de la Confédération suisse, charge qu’il a même occupée à cinq reprises durant son long mandat de 28 ans. Cela a été possible grâce à l’instauration du principe de rotation dans les années 1890, en vertu duquel chaque membre du Conseil fédéral devient à tour de rôle président ou présidente de la Confédération pour un an, en fonction de son ancienneté dans le poste. Pendant sa présidence, Giuseppe Motta a dirigé le Département politique fédéral, qui deviendra en 1979 le Département fédéral des affaires étrangères (DFAE). Il s’est engagé en faveur de l’adhésion de la Suisse à la Société des Nations et de la reconnaissance de la neutralité suisse au sein de cette organisation. Lui-même orateur enthousiaste, il s'est battu pour la diversité linguistique de la Suisse.

«Un des principes juridiques essentiels sur lesquels est fondé notre État fédératif est celui de l'égalité de droit des langues nationales.»

Giuseppe Motta sur la reconnaissance du romanche comme quatrième langue nationale.

En 1943, année de guerre, Enrico Celio, le quatrième conseiller fédéral tessinois, est devenu président de la Confédération. Pendant son mandat, qui a duré de 1940 à 1950, il a occupé cette charge une deuxième fois en 1948. Le prochain conseiller fédéral tessinois, Giuseppe Lepori, occupera la fonction de vice-président en 1959, mais ne deviendra pas président de la Confédération, malgré le principe de rotation. Entré au Conseil fédéral en 1954, il démissionnera avant d’accéder à la charge suprême. Le sixième conseiller fédéral tessinois, Nello Celio, deviendra en 1972 le troisième président tessinois de la Confédération.

Rôle du président ou de la présidente de la Confédération

Contrairement à d’autres pays, où le titulaire de la charge suprême est doté des plus grands pouvoirs, la présidence de la Confédération est en Suisse une fonction représentative. En 2022, le conseiller fédéral Ignazio Cassis représentera le Conseil fédéral partout où celui-ci ne se rend pas in corpore, et ce essentiellement lors de visites d’État en Suisse et de visites présidentielles à l’étranger. Par ailleurs, il prononcera le discours de Nouvel-An et celui de la fête nationale ainsi que d’autres allocutions radiophoniques et télévisées.

La fonction de la présidence de la Confédération

Des conseillers fédéraux traditionnellement issus des partis historiques

Un septième Tessinois a siégé au Conseil fédéral de 1987 à 1999: en 1993, Flavio Cotti est passé du Département fédéral de l’intérieur au DFAE et a assumé la charge de président de la Confédération en 1991 et en 1998. Il faudra attendre 18 ans avant qu’un Tessinois entre à nouveau au Conseil fédéral. Ignazio Cassis a été élu au Conseil fédéral le 20 septembre 2017. Succédant à Didier Burkhalter, il a pris la tête du DFAE le 1er novembre 2017. Comme son prédécesseur, Ignazio Cassis est membre du PLR, ce qui fait que tous les conseillers fédéraux tessinois ont un autre point commun en plus de leur canton d’origine: ils sont tous issus soit du PLR, soit du PDC, formations considérées comme les partis historiques de la Suisse. C'est leur combat d'idées qui a donné naissance à la Suisse moderne en 1848.

Le saviez-vous?

Adolf Deucher a été conseiller fédéral encore plus longtemps que Guiseppe Motta, à savoir 29 ans (1883-1912). Lui-même médecin, il s'est battu pour la création d'une assurance maladie publique et est considéré comme le précurseur de la Caisse nationale suisse d'assurance en cas d'accidents (SUVA). Il est en outre, avec Ignazio Cassis, le seul médecin à avoir été conseiller fédéral.

Dernière mise à jour 29.01.2022